Etude inédite par Denjean & Associés : quelles sont les attentes des étudiants et jeunes diplômés de la finance en matière de RSE ?

Paris, le  7 septembre 2020 – S’ils connaissent et font de la RSE une priorité pour leurs futurs emplois, les étudiants et jeunes diplômés de la finance estiment majoritairement que les entreprises se limitent à de la simple communication en la matière. Ils appellent à des actions plus concrètes, notamment au regard de la crise sanitaire liée à la COVID 19. Tels sont les principaux enseignements de l’étude conduite par le cabinet d’expertise comptable, d’audit et de conseil Denjean & Associés avec Dogfinance, dont les données viennent d’être publiées.

Retrouvez l’étude complète en cliquant ici

 

 

Les enjeux de la RSE passeront par l’entreprise…

 

100 % des jeunes financiers connaissent la RSE ! Cela révèle la sensibilité des jeunes générations en matière de responsabilité durable et rejoint la quête de sens qu’ils poursuivent dans leur carrière.

 

 

 

L’entreprise est placée en première position pour apporter des solutions aux enjeux de développement durable, selon 73 % des étudiants et 65 % des jeunes diplômés, bien devant le pouvoir politique (39 % pour les étudiants et 57 % pour les jeunes diplômés).

Lieu de socialisation au cœur de l’économie, l’entreprise créatrice d’emploi tient un rôle central dans les enjeux de développement durable. Son pouvoir économique lui donne la responsabilité de changer les choses. Elle est attendue par ordre de priorité sur la garantie de bonnes conditions de travail à ses salariés (79 %), l’impact environnemental (71 %) et les enjeux d’éthique (61 %).

 

 

…mais ce sont surtout ses actions concrètes qui sont attendues

 

La RSE est considérée avant tout comme un atout marketing. Les salariés attendent des preuves sur la sincérité de cette démarche. Or, seuls 37 % des jeunes diplômés s’estiment satisfaits de leur connaissance de la politique RSE de leur employeur ! Pire, ils sont 67 % à penser que la RSE est mise en place par les entreprises pour redorer leur image externe et à 51 % pour respecter des obligations légales.

 

 

Pour rendre visible sa vision et ses valeurs, l’entreprise a intérêt à développer des actions pour les concrétiser. La démarche doit être compréhensible et faire adhérer tout l’écosystème. C’est l’ambition de la loi Pacte et de sa raison d’être…

 

 

Vous avez dit la « Loi Pacte » ?…

 

Pourtant, seulement 56 % des étudiants et 57 % des jeunes diplômés ayant répondu à l’étude affirment connaître la loi Pacte et ses notions de raison d’être et de société à mission. Si cela semble contradictoire avec l’importance qu’ils donnent à la RSE, cela met en lumière leur besoin de preuve. Que fait concrètement l’entreprise ? La loi est un habillage.

 

 

Ce n’est pas parce qu’ils ne connaissent pas la Loi Pacte qu’ils ne connaissent pas d’entreprises ayant une « raison d’être ».

 

 

 

Un décalage entre ambition sociétale et professionnelle ?

 

Peur du chômage ? Crise économique ? L’envie de trouver un premier job atténue les convictions citoyennes. 27 % des étudiants et des jeunes diplômés déclarent envisager de travailler pour un employeur qui n’est pas fortement impliqué dans une démarche RSE. Environ 35 % des étudiants et des jeunes diplômés ne l’envisagent pas, et les autres sont indécis. Pourtant, une large majorité d’entre eux indiquent penser que la réussite d’une entreprise ne doit pas être mesurée sur des critères uniquement fondés sur les résultats financiers. De là à envisager sa carrière sous l’angle RSE…

 

 

Les trois raisons principales qui pousseraient les jeunes financiers à s’impliquer dans la RSE de leur employeur : contribuer aux grands enjeux sociétaux (80 %), se sentir utile (71 %), développer ses compétences (70 %). Les jeunes salariés ne viennent plus au bureau pour réaliser une to-do list. Ils souhaitent donner du sens à leur quotidien en bénéficiant d’une expérience inspirante et épanouissante.

 

 

COVID : une nouvelle responsabilité sociale de l’entreprise ?

 

En cas de crise sanitaire, il y a un double engagement des salariés : la solidarité vis-à-vis de leur employeur et celle envers la nation. 53 % estiment que la responsabilité sociale de l’entreprise est de mobiliser ses salariés pour qu’ils assurent le maintien des services pour la nation, quand 51 % souhaitent que les salariés soient indemnisés au-delà des aides gouvernementales pour maintenir leur salaire. Preuve d’une solidarité développée en temps de crise, 29 % considèrent que l’entreprise pourrait suggérer une diminution de salaire pendant la période du confinement pour sauvegarder l’entreprise.

 

 

« Aucune enquête RSE ne s’était penchée spécifiquement sur les jeunes actifs financiers. L’objectif est de comprendre ce qu’attendent les étudiants en finance de leur futur employeur et de se pencher sur le bilan dressé par les jeunes diplômés du secteur. Nos futurs collaborateurs ont grandi en étant responsabilisés sur les questions d’éthiques et d’environnement et veulent contribuer au monde de demain. Mieux, ils comptent le faire avec leur entreprise. Au regard des résultats, les entreprises du secteur de la finance doivent être aussi pédagogues qu’efficaces sur ces terrains, pour être acteurs du changement, demeurer compétitifs et attirer les meilleurs talents pour lesquels la RSE n’est pas qu’un accessoire de communication. C’est le cas chez Denjean & Associés avec notre adhésion au Global Compact des Nations Unis, l’évaluation Ecovadis, et en tant que conseil privilégié de nombreuses entreprises du secteur chez lesquelles nous souhaitons également impulser ce changement ». Thierry Denjean, président-fondateur de Denjean & Associés.

 

 

Retrouvez l’étude complète en cliquant ici

 

 

À propos de Denjean & Associés

Fondée en 1994, la société d’expertise comptable, de conseil et d’audit Denjean & Associés accompagne exclusivement des grands groupes français et étrangers et des sociétés du middle market.

Avec 11 associés et 130 collaborateurs, ce cabinet indépendant fait partie des dix acteurs majeurs sur son marché, et propose une offre à la fois alternative et complémentaire à celle des grands réseaux d’expertise comptable, de conseil et d’audit.

Denjean & Associés intervient particulièrement dans les secteurs immobilier, banque, assurance, et énergie.