BAROMETRE DE LA HOTLINE « SOLIDARITE ENTREPRISES COVID » AU 23 AVRIL 2020

Des mesures d’aide appréciées par les entreprises mais des inquiétudes grandissantes en cette fin de mois

Paris, lundi 27 avril 2020 – Depuis un mois, depuis son lancement le 23 mars, plus de 2 600 chefs d’entreprise ont fait appel au numéro vert gratuit 0800 942 564 mis en place par les administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires, spécialistes de la prévention et du traitement des difficultés des entreprises, avec le Ministère des Finances et de l’Economie.

 

Les nouvelles statistiques montrent que les entreprises maitrisent et apprécient les mesures d’aide massives et rapides mises en place par le Gouvernement, mais il y a une inquiétude grandissante en cette fin de mois sur les questions de trésorerie et pour les entreprises qui n’ont pas reçu de réponses ou bénéficié des aides.

Principales questions posées par les appelants au numéro vert

« Au total, les sujets de financement au sens large pour faire face à la crise ou alléger la trésorerie représentent 53,3% des questions posées :

  • L’aide du Fonds de solidarité demeure le sujet n°1 de questionnement des appelants (24,7 % des questions posées avec une proportion de questions portant sur ce sujet en augmentation constante et continue);
  • Les demandes/ refus de prêts bancaires, PGE, etc. (12%) ;
  • Les reports d’échéances sociales ou fiscales (8,8%) ;
  • Les besoins de trésorerie à court terme (5%).

La question de l’activité partielle demeure en deuxième position des questions posées mais son importance relative continue à décroître (10,5%). », explique Christophe Basse, Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires (CNAJMJ).

Répartition des appels par secteur d’activité économique

« Tous les secteurs d’activité économique sont touchés par la crise actuelle et tous sont représentés dans les appelants au N° Vert. Certains secteurs semblent plus particulièrement impactés. En premier lieu ceux de l’hôtellerie-restauration (23,9% des appels), toujours plus nombreux dans les appels, le commerce de détail (près de 15% des appels), les services à la personne (coiffeurs, salons de beauté, etc.) avec 9,5% des appels, de même que le BTP (6,2% des appels), » explique Christophe Basse.

Répartition des appels par taille d’entreprises

« Sans surprise, l’écrasante majorité des entreprises appelant le N° Vert des AJMJ est composée d’auto-entrepreneurs et de TPE, qui sont plus durement touchées par la crise actuelle. » précise Christophe Basse.

Proportion d’appels de sociétés en procédures collectives* sur les appelants

Procédures collectives : sauvegarde ou redressement judiciaire

« La plupart des entreprises qui nous contactent ne sont pas concernées par une procédure collective (74%). Celles qui sont en procédure (26%) sont sur-représentées par rapport à leur proportion habituelle dans le tissu économique français. Dans la continuité des deux dernières semaines, la proportion d’entreprises en procédure parmi les entreprises qui appellent continue d’augmenter,» précise Christophe Basse.

« Il faut rappeler que notre droit français est le plus protecteur au monde pour la sauvegarde des entreprises et des emplois en cas de difficultés. C’est pourquoi la Coface prévoit à ce stade +15% de défaillances en France quand elle en prévoit beaucoup plus aux Etats Unis (+40%) et au Royaume Uni (+33%). Des outils de prévention confidentiels et gérés à huis clos comme la conciliation ou mandat ad hoc, ou de procédures collectives comme la sauvegarde ou le redressement judiciaire permettent à l’entreprise de se mettre sous protection et de renégocier ou geler ses créances, pour obtenir un regain de trésorerie le temps de la crise. Les administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires sont des spécialistes de ces procédures et sont mobilisés pour apporter réponses et diagnostics aux entreprises en fonction de leur situation à travers la hotline 0800 942564. » ajoute Christophe Basse, Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires.

Rappel sur les outils juridiques existants de prévention et de traitement des difficultés permettant de renégocier ou geler les créances.

À propos de Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires

Les administrateurs et mandataires judiciaires sont des spécialistes de la prévention et du traitement des difficultés des entreprises. Auxiliaires de justice indépendants, leur rôle de par la Loi est de défendre les intérêts de l’entreprise en difficulté pour la sauvegarde de l’emploi.
Le Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires représente l’ensemble des 450 professionnels administrateurs et mandataires judiciaires inscrits et leurs 5 000 collaborateurs. Il élabore les règles professionnelles et assure la défense des intérêts collectifs et de sauvegarde l’emploi. Depuis ces 10 dernières années, plus de 70% des emplois menacés ont été sauvegardés par la mise en œuvre de ces procédures.

À propos de A propos de la hotline NUMERO VERT GRATUIT 0 800 94 25 64 des administrateurs et mandataires judiciaires

Forts de leur expérience de terrain dans la prévention des difficultés et au service de l’intérêt collectif et de l’emploi, les administrateurs et mandataires judiciaires ont mis en place en urgence depuis le 23 mars un numéro vert gratuit. Initiative conjointe du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires (CNAJMJ) et du Ministère de l’Economie et des Finances (Direction Générale des Entreprises et Commissaires à la Restructuration et à la Prévention) et en lien avec le Président de la Conférence Générale des Juges Consulaires, ce dispositif mobilise dans chaque région la quasi-totalité de la profession pour aider les entreprises à décrypter et appliquer les mesures de soutien annoncées par le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des Finances, comme le report des charges sociales et des créances fiscales, le rééchelonnement de crédits bancaires, et le déclenchement des mesures de soutien proposées par Bpifrance.