Bilan de Marché 2019 – 2020 de l’immobilier ancien : Un marché en tension, Paris et la petite couronne continuent d’exploser

Le réseau Guy Hoquet l’Immobilier revient sur une année riche pour le marché de l’ancien. Grâce à la baisse des taux d’emprunt, la barre symbolique du million de transactions a été franchie. 

Et les prix du marché s’enflamment : les prix de vente enregistrent une augmentation de 2,7% sur l’ensemble du territoire par rapport à 2018 (soit 2636 euros/m2 en moyenne), accentuant la tendance constatée l’an passé (« seulement » 1,9%). En tête de pont, Paris (+6,7%) et l’Ile de France (+5,1%) ne cessent de voir les prix s’envoler. Suivant cette tendance, la globalité du territoire français connaît aussi de fortes hausses de prix, avec cependant quelques régions toujours stables.

 

 

Une hausse du volume de ventes expliquée par un contexte économique favorable

 

Depuis 2015, les taux d’intérêt sont en baisse constante, toutes durées de remboursement confondues (ils sont passés d’une moyenne de 2,2% en 2015 à 1,12% en 2019).

 

Conscient de ce contexte favorable, le réseau Guy Hoquet l’Immobilier a densifié son maillage territorial. Avec 580 agences réparties sur tout le territoire français, il confirme sa place de troisième réseau immobilier en franchise et enregistre une hausse de de son volume de vente par rapport à 2018, comptabilisant 33 800 transactions en 2019, soit une augmentation de 6.9%.

 

De plus, l’année 2019 a réaffirmé l’importance du mandat de vente exclusif. Alors qu’il faut en moyenne 103 jours pour vendre un bien en mandat simple, un bien en mandat exclusif Guy Hoquet se vend en moyenne en 82 jours. Soit l’assurance pour les vendeurs de céder leur bien rapidement et au meilleur prix.

 

 

 

L’explosion des prix de vente face à un marché raréfié

 

Face à un marché tendu avec une offre rare et une demande forte, les prix de vente ont augmenté.

 

Cela est notamment perceptible sur le marché de l’ancien qui voit une hausse de 2,7% des prix de vente par rapport à 2018, établissant le prix moyen du m2 à 2 636€ sur le territoire français et le prix de vente moyen d’un bien à 237 853€.

 

Si cette tendance n’est pas nouvelle puisqu’on enregistrait déjà une hausse du prix de vente de 1,9% entre 2017 et 2018, celle-ci s’accentue fortement.

 

De plus, l’année a connu l’envolée des prix des petites surfaces, achats d’investissement. En effet, à Lyon par exemple, un bien de 16 m2 a vu son prix de vente grimper de 15% en 2019 (atteignant 6 912€). Même tendance à Paris où le prix de vente d’un appartement d’une surface égale a bondi de 21% (11 164€ du m2).

 

 

 

Ile-de-France hors Paris

 

Le marché en Ile-de-France a vu une forte augmentation du prix au m2 (+5,1%) atteignant désormais 3 614€. A titre de comparaison, en province le prix du m2 a grimpé de 3,8% (2213€) porté par le report des acheteurs du marché parisiens. Concernant les prix de vente, l’augmentation se poursuit : une maison se vend en moyenne à 356 444€ et un appartement à 247 042€.

 

 

Le marché Parisien, l’année de tous les records

 

En 2019, le prix moyen du m2 a dépassé la barre symbolique des 10 000€, atteignant 10 145€ en moyenne dans Paris intra-muros. C’est une hausse de 6,7% par rapport à 2018 !

 

Pour les biens dont le prix de vente est inférieur à 1,5 millions d’euros, le prix de vente a augmenté de 5,2%, avec un prix de vente moyen à 501 159€. Plus généralement, le prix de vente moyen des biens a augmenté de 17,2%.

 

Petite couronne

 

En petite couronne, on constate un report des acheteurs du marché parisien, tirant ainsi les prix vers le haut : le prix moyen du m2 a augmenté de 3,9% et le prix de vente de 1,4%, situant la moyenne à 280 389 € pour un appartement.

 

Par exemple, dans les Hauts-de-Seine, le prix du m2 a augmenté de 3,17%, atteignant désormais 6 022€. Le prix de vente moyen d’un bien a suivi cette tendance, augmentant de 1,35% avec un prix à 407 175€.

 

Le département de la petite couronne parisienne ayant connu les hausses les plus élevées sur l’année 2019 est le Val-de-Marne avec une hausse de 7,71% du prix du m2 et de 7,89% du prix de vente moyen. Désormais, le prix du m2 est de 4 430€ et le prix de vente moyen d’un bien est de 324 394€.

 

Le prix du m2 en Seine-Saint-Denis se situe à 3 998€.

 

 

Grande couronne

 

La grande couronne parisienne a elle aussi connu une augmentation du prix du m2 (+1,1%) en 2019. Cependant celle-ci doit être relativisée en comparaison à la hausse des prix de la petite couronne.

 

En Essonne, le prix du m2 a augmenté de 2,89%, atteignant 2 835€, tandis que le prix de vente moyen d’un bien est plutôt stable (254 798€ en 2019 contre 253 677€ en 2018). Concernant le département de Val-d’Oise, il a vu son marché se stabiliser avec une augmentation de 1,1% du prix au m2 .

 

Pour retrouver le détail du marché immobilier dans les départements d’Île-de-France, cliquez ici :

 

En régions

 

Bien que le territoire ait globalement connu une année d’augmentation du prix de vente moyen, des disparités apparaissent au niveau régional.

 

Quelques régions telles que l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bretagne, le Grand Est, l’Ile-de-France, l’Occitanie, la Normandie, la Nouvelle-Aquitaine ou les Pays-de-la-Loire connaissent des hausses de leurs prix depuis 2015.

 

Territoires attractifs, ces régions voient pour certaines des augmentations fulgurantes de leurs prix de vente moyen (+10% pour les appartements en Auvergne-Rhône-Alpes, avec une évolution de 11% à Lyon).

 

Mais cette tendance ne se retrouve pas sur tout le territoire. Alors que des régions voient leurs prix de vente moyen se stabiliser, comme cela est le cas en Centre-Val-de-Loire, Haut-de-France ou en Provence-Alpes-Côte D’azur, d’autres régions voient leurs prix diminuer (-2,9% du prix de vente en Bourgogne-Franche-Comté depuis 2015).

 

 

Pour retrouver le détail du marché immobilier dans les autres régions, cliquez ici :

 

« Le marché a atteint un niveau historique, avec plus d’un million de transactions. Le dynamisme a permis à de nombreux vendeurs et acheteurs de réaliser leurs projets, et notre réseau de les accompagner au mieux. Dans ce contexte de marché tendu, la réussite et les performances de notre mandat exclusif avec des ventes en 82 jours en moyenne, contre 103 en mandat simple, est à saluer car il nous a permis à nos clients de vendre plus vite et au meilleur prix.

 

Il faut cependant rester vigilant aux signaux qui pourraient prévoir un changement de contexte. Le durcissement des conditions d’accès au prêt en est déjà un exemple. »

 

Stéphane Fritz, directeur général de Guy Hoquet l’Immobilier

À propos de Guy Hoquet l'immobilier

Depuis sa création en 1994, Guy Hoquet l’Immobilier s’est imposé comme un acteur incontournable du marché immobilier. Avec 580 agences et cabinets d’affaires répartis sur le territoire français, mais aussi à l’international, le groupe est aujourd’hui le 3è réseau d’agences immobilières franchisées en France. Il a choisi de rompre avec l’image traditionnelle de l’agent immobilier pour devenir un véritable partenaire tout au long du parcours immobilier grâce à une ligne de conduite qui privilégie l’humain et un socle de « Garanties » unique sur le marché. En 2019, Guy Hoquet l’Immobilier a rejoint le groupe Arche pour poursuivre son développement sur le territoire et intégrer ses nouveaux services Financement, Gestion, Assurance, Patrimoine et Expertises.